Dans certains cas (maladie cardiovasculaire, fracture de la jambe, problème de motricité du à un handicap…), il peut être indispensable d’installer un monte-escalier dans sa maison. Force est cependant de constater que le prix du monte escalier peut constituer un obstacle important à l’achat. Pour vous aider, voici quelques astuces pour le financer.

Faire des économies pour financer un monte escalier

Le moyen le plus simple de financer un monte escalier est de faire des économies. La première chose à faire pour y arriver est de limiter les dépenses, surtout celles qui sont inutiles. Pour les identifier, il faut dans un premier temps faire l’inventaire des choses que vous achetez durant le mois. Après, demandez-vous si vous pouvez vous en passer. A part limiter vos dépenses, comparer les prix du marché concernant le modèle que vous voulez acheter constitue aussi une astuce efficace pour épargner. Si vous réussissez à sauver 250 euros de vos revenus par mois, vous pourrez obtenir un monte-escalier droit au bout d’un an. Vous pourriez aussi bénéficier des aides de l’Annah.

Faire appel à un organisme spécial

Le problème avec le fait de faire des économies pour financer un monte escalier est que ce procédé peut souvent prendre du temps. Si ce temps est trop long, les prix sur le marché peuvent grimper. C’est pour éviter ce genre de contretemps qu’il est judicieux de demander l’aide des caisses de retraite ou des Maisons Départementales des personnes âgées. D’autres types de subventions sont disponibles et peuvent vous être conseillées par votre installateur.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.